Pages Navigation Menu

cohabitation chats et chiens

Une cohabitation chats et chiens souvent difficile mais possible

Quelques recommandations pour reconnaître une urgence vétérinaire ?

Affiché par le Juil 2, 2015 dans Non classé | Commentaires fermés sur Quelques recommandations pour reconnaître une urgence vétérinaire ?

La médecine d’urgence n’a pas réellement de définition propre. Elle englobe surtout toutes situations nécessitant une prise en charge immédiate, auquel cas, le patient mourra. Les types d’urgence Les urgences vétérinaires peuvent être de quatre types : L’urgence vitale : qui requiert une assistance immédiate du patient. Urgence vraie : pathologie soudaine et aiguë qui met en jeu la vie du patient. Une urgence relative : bien que la pathologie soit grave, elle ne met pas nécessairement le malade dans une position de vie ou de mort. L’urgence différée : une maladie pouvant être soignée un peu plus tard. Observer votre animal Chaque animal a plus ou moins une manière de signaler qu’il ne va pas bien et c’est à vous d’être attentif au moindre signe. Si vous remarquez une modification dans ses habitudes alimentaires, dans sa fréquence de consommation des repas ou alors dans les quantités ingérées, cela peut être un signe d’anomalie. De même, si votre animal est d’un naturel très doux et devient subitement plus agressif ou alors, que de la vigueur ait laissé la place à de la mollesse, il faudra le mener vers un vétérinaire pour les soins appropriés. Les modifications du comportement à observer selon les cas Voici quelques astuces : Chez le chien : si votre chien ne vient pas vous saluer ou bien encore tourner autour de vous comme il a l’habitude de faire, alors il y a un problème. Si en plus, il reste prostré dans un coin ou encore se montre très agressif, ceux-ci peuvent être des signes d’une maladie sous-jacente. Appelez un vétérinaire immédiatement, et il vous aidera à savoir s’il s’agit d’une urgence ou pas. Néanmoins, évitez durant l’attente de lui donner des médicaments sauf avis du spécialiste. Le chat : lorsque votre chat s’affame, s’il est sale et agressif, prenez rapidement rendez-vous avec un vétérinaire. Il pourrait s’agir là d’une urgence. Il administrera alors le traitement qu’il faut à votre animal. Un oiseau : cet animal a la fâcheuse manie de mourir très facilement. Alors, si vous décelez une anomalie quelconque, qu’elle soit grave ou non, contactez votre vétérinaire. Vérifiez la qualité du plumage de l’oiseau, l’aspect de la peau en dessous des plumes aussi pourra vous renseigner sur l’état de santé de ce dernier. Évitez l’automédication, car elle fait très souvent plus de mal que de bien. Vous ne disposez cependant pas de connaissances requises pour identifier l’une ou l’autre des urgences citées ci-dessus. Il est plus conseillé de se référer à un vétérinaire lorsque vous notez un changement ou un comportement inhabituel chez votre animal. Trouver plus d’informations sur le site web de Hôpital Vétérinaire Iberville...

Lire plus

Comment trouver le vétérinaire qui vous convient ?

Affiché par le Avr 3, 2015 dans Non classé | 0 commentaires

Un vétérinaire est la meilleure personne qu’il vous faut pour vos animaux. Cependant, le plus important n’est pas de trouver ce dernier, mais de choisir le plus approprié pour vous donner satisfaction. L’amour des animaux, le premier facteur Il est nécessaire que le vétérinaire ait de l’amour pour ses patients. De ce fait, il doit réaliser les actions suivantes : Prendre sans cesse l’animal dans ses bras : chuchoter quelques mots tendres qui sont de nature à le calmer. Cela doit être le cas pour tous les types d’animaux de compagnies. Couvrir l’animal de nombreux câlins et passer des heures avec celui-ci : cela témoigne sans aucune force de procès de la passion de ce dernier pour ses sujets. Assurer une permanence auprès de l’animal même au-delà de son hospitalisation : noter qu’après sa sortie de la clinique vétérinaire, votre animal peut manifester des signes nécessitant une nouvelle intervention du vétérinaire. La spécialisation Afin de jouir d’un traitement idéal, il est conseillé de choisir votre médecin en tenant compte de sa spécialisation et de la race de votre animal. Plus cette cohérence est forte, plus les chances de survie et de suivi de l’animal sont satisfaisantes. De ce fait, évitez l’amateurisme en optant pour un centre de référence doté d’un personnel hautement qualifié au risque de porter une atteinte négative à votre animal. La disponibilité Un bon vétérinaire doit être disponible pour intervenir en cas d’urgence médicale. Noter dans ce sillage que les animaux présentent généralement deux types d’urgences. Les urgences lourdes (celles qui requièrent une hospitalisation ou une intervention médicale) et les urgences légères (qui impliquent des conseils ou des calmants). Votre vétérinaire doit donc être à même d’intervenir dans les brefs délais. La clinique vétérinaire Elle se révèle déterminante dans les critères de sélection. En effet, elle doit être : Proche de votre localisation : cela serait un atout, car vous pourrez vous rendre aisément dans ce centre et réduire le temps de voyage qui peut être parfois un facteur déterminant pour la survie de votre animal. Les équipements : tout comme l’être humain, les interventions aujourd’hui sur les animaux requièrent un matériel de haute pointe. Partant de cette considération, réaliser votre mini-enquête afin de déterminer les ressources matérielles de votre centre vétérinaire choisit. Le choix du vétérinaire constitue le début du traitement de vos animaux. Cette sélection doit s’appuyer objectivement sur les critères ci-dessus, car la santé de votre chien ou votre chat n’a pas de prix. Offrez-leur le meilleur qui puisse exister. Afin de savoir plus sur les vétérinaires, veuillez visiter Clinique Vétérinaire Basses...

Lire plus

L’approche de travail efficace du vétérinaire

Affiché par le Mar 27, 2015 dans Non classé | 0 commentaires

Le travail du vétérinaire n’est pas toujours aisé car il a la lourde tâche de diagnostiquer le mal dont souffre l’animal. Bien plus encore, il ne doit pas se tromper sur son diagnostic. Et le fait que l’animal ne peut pas s’exprimer, combiné à la méconnaissance du propriétaire, n’arrange pas les choses. Les séances de consultation systématiques Les soins à administrer à un animal doivent être pensés à l’avance sur la base d’un bon diagnostic. Pour effectuer ce diagnostic, il est important pour le vétérinaire de procéder à des séances de consultation systématiques sur l’animal. Ainsi, l’application d’un sérum thérapeutique correspondant aux maux dont souffre l’animal peut éviter de causer des troubles supplémentaires. Le contenu étoffé des visites médicales Le vétérinaire prend le soin de meubler les visites médicales pour trouver une solution rapide avec : La localisation des éventuelles ruptures d’un os à travers l’examen radiologique. La recherche des bactéries dans le corps de l’animal par une analyse des matières fécales. L’analyse sanguine pour contrôler d’éventuelles affections inflammatoires d’origine virale. La surveillance permanente de l’état de l’animal En dehors de séances de consultation, le vétérinaire assure une surveillance permanente de l’état de l’animal. Il peut garder l’animal dans son centre pour effectuer un suivi rapproché. Par ailleurs, il peut aussi laisser l’animal auprès de son propriétaire mais veiller à un suivi régulier à distance. Cette surveillance à distance sera effective par les recommandations que le vétérinaire va émettre. La mise en place des mesures de suivi rapproché Afin d’éviter que le mal s’envenime, le vétérinaire peut décider d’un suivi rapproché à travers : L’internement de l’animal au sein de l’unité de traitement médical. La consolidation des mesures de salubrité tout au long de l’incubation. La rétention de l’animal jusqu’à la fin de sa convalescence. L’approfondissement des études pathologiques Le vétérinaire ne se contente pas des informations médicales qu’il a en sa possession pour mettre en place ses mesures thérapeutiques. En effet, celles-ci s’avèrent souvent être insuffisantes face à certaines pathologies. C’est pourquoi il approfondit sans cesse ses études sur les maladies des animaux. Celles-ci tiennent très souvent compte de l’alimentation et du cadre de vie de l’animal. L’aménagement des conditions de travail Le vétérinaire ne ménage aucun effort pour aménager son espace de travail. C’est ainsi qu’il tient régulièrement à jour des registres de classement des animaux qu’il soigne. Cette mesure lui permet également d’assurer un suivi des traitements qu’il administre. Par ailleurs, il dispose aussi des espaces clos par du grillage destinés à enfermer les animaux trop agités. L’approche de travail du vétérinaire est marquée par un véritable professionnalisme qui se préoccupe davantage des animaux. Pour préserver la santé de votre animal, vous avez désormais un spécialiste à votre...

Lire plus

Les configurations d’une urgence vétérinaire

Affiché par le Déc 3, 2014 dans Non classé | 0 commentaires

À la différence des hommes, les animaux n’ont pas la possibilité de parler et de communiquer à leur propriétaire leurs sentiments, leurs émotions, leurs douleurs. C’est à travers des signes, des comportements inhabituels de votre animal qu’on reconnaît une urgence vétérinaire. Les cas d’urgence vétérinaire chez certains animaux Voici les signes annonciateurs d’une urgence vétérinaire chez certains animaux : Lorsque votre chien ne vient pas à votre rencontre ou lorsqu’il n’est pas enthousiaste comme d’habitude, il y a sûrement quelque chose qui le tourmente et il faut consulter un vétérinaire. Lorsque le chat ne se sent pas du tout bien, il est enclin à se dissimuler ou à faire preuve d’agressivité lorsque vous allez à sa rencontre, le fait qu’il ne touche pas à sa gamelle peut aussi rendre compte de sa maladie. Lorsque les yeux d’un oiseau restent fermés à moitié, sont figés ou vacillent, lorsque ses plumes sont hérissées, lorsqu’il est dans l’incapacité totale de voler, lorsque sa respiration devient étrange, ce sont des signes qui nécessitent l’avis d’un vétérinaire rapidement. Les points forts d’une urgence vétérinaire à domicile Voici les points forts ou les avantages d’une intervention d’urgence à domicile : En intervenant d’urgence dans votre maison d’habitation, le vétérinaire épargne le propriétaire de l’animal de tout le stress lié au transport de son protégé vers l’hôpital. En intervenant à votre domicile, le vétérinaire-urgentiste vous évite d’endurer les longues attentes dans les salles d’attente d’un hôpital ou d’une clinique vétérinaire. Lorsque vous attendez votre vétérinaire urgentiste à votre domicile, le temps d’attente peut être mis à contribution pour effectuer d’autres travaux. Cap sur les accidents vasculaires cérébraux Les accidents vasculaires cérébraux sont rangés dans la vaste case des urgences absolues à côté des coups de chaleur, des torsions, des piqûres envenimées, des œdèmes du poumon et bien d’autres. Selon les spécialistes, les accidents vasculaires cérébraux doivent être traités de toute urgence pour éviter à votre animal de guérir sans être sujet à des répercussions négatives. L’accouchement ou la mise bas L’accouchement ou la mise bas est à ranger dans la case réservée aux urgences absolues. Dans la majeure partie des cas, il appartient aux chiennes ou aux chattes de régenter leur accouchement. Toutefois, l’urgence peut apparaître lorsque l’animal fait des contractions sans aboutissements ou gémit. La consultation d’un vétérinaire devient une nécessité dans ce cas. La meilleure façon de faire face à une urgence vétérinaire est de vous rendre sans tarder chez un vétérinaire, comme à la Clinique Vétérinaire Rock Forest. Il peut également intervenir à votre...

Lire plus

Les vaccins chez les animaux de compagnie

Affiché par le Nov 4, 2014 dans Non classé | 0 commentaires

Tout comme chez un être humain, en matière de santé, il est important de veiller à ce que votre animal de compagnie ne soit pas dans les conditions favorables au développement d’un grand nombre de maladies. En effet, la prévention chez les animaux est aussi très importante, car que ce soit à l’extérieur ou même à l’intérieur de chez vous, il peut contracter plusieurs maladies si vous faites preuve de négligence. Le meilleur moment pour faire vacciner votre animal de compagnie. En fonction du type d’animal, les périodes de vaccination peuvent varier, car le système immunitaire ne fonctionne pas de la même façon d’un animal à un autre. Ainsi, chez le chien par exemple, c’est à partir de l’âge de deux mois qu’il est possible et recommandé de procéder aux différentes vaccinations. Par contre, pour éviter qu’il y ait conflit entre les différentes substances des vaccins, il faut respecter un intervalle de deux mois entre les différents vaccins. Les principales maladies qui guettent votre chien. De nos jours, les chiens sont susceptibles de développer principalement les maladies suivantes : La parvovirose : Qui est une maladie dont les principaux symptômes sont la diarrhée et les céphalées. En milieu rural ou chez les fermiers, les animaux sont plus susceptibles de les attraper, car c’est un environnement propice au virus qui transmet cette maladie. La toux de chenil : Qui est une maladie qui peut être reconnue par le fait que votre animal se mettra à tousser régulièrement et sa salive aura du sang. En milieu urbain, cette maladie est assez rare par conséquent la vaccination est optionnelle (mais fortement conseillée), mais en milieu rural, les propriétaires de chien sont obligés de faire vacciner leur chien. La rage : Qui est l’une des maladies les plus connues et attribuée trop souvent (à tort) aux chiens. En effet, bien que les chiens soient les principaux porteurs, tous les autres animaux peuvent la développer (les rongeurs en particulier). Le traitement de la rage est très délicat et peut être impossible si le diagnostic est fait tardivement. Quelques précisions, en cas de voyage. En effet, pour les personnes qui souhaitent partir en vacances avec leur animal de compagnie, il est important de savoir que certains pays imposent des vaccins à ces derniers. Ces vaccins sont à la fois pour protéger l’animal et les personnes avec qui il risque d’être en contact. De plus, il est important de se renseigner sur les maladies associées à certains pays pour juger s’il est prudent ou pas d’emmener votre animal de compagnie avec vous. Pour plus d’informations sur ce sujet, cliquez sur Hôpital Vétérinaire de Mont...

Lire plus

Mesures à prendre pour l’extermination des souris

Affiché par le Sep 24, 2014 dans Non classé | 0 commentaires

La cohabitation avec les souris est difficile dans la mesure où ces petites bêtes ont un appétit féroce et dévorent tout sur leur passage. Pour éviter d’avoir des vêtements en lambeaux, des aliments grignotés ainsi qu’une odeur d’urine nauséabonde dans votre intérieur, vous pouvez agir tel qu’il suit : La considération du nettoyage des espaces L’insalubrité et la promiscuité sont des conditions propices à l’infestation des souris. Les zones de dépôts d’ordures doivent être des conteneurs munis de système de fermeture hermétique. Les aliments ne doivent pas être accessibles et seront disposés dans le réfrigérateur ou alors, dans des sortes de boites closes. Enfin, les moindres trous présents dans votre maison ou à l’extérieur doivent être obstrués afin de limiter les zones de passage des souris (même les trous de moins de 5 cm de diamètre ne doivent pas être négligés). L’utilisation des pièges mécaniques Les pièges mécaniques s’opposent aux pièges chimiques et sont : Les cages : les cages pour attraper les rats sont des abris dotés d’une entrée unique avec un système de fermeture automatique. Elles sont facilement accessibles sur les marchés et à des prix abordables. Pour les faire fonctionner, vous devez disposer un peu de nourriture à l’entrée de la cage et aussi à l’intérieur de celle-ci. En pénétrant dans la cage pour s’alimenter, le rongeur sera bloqué par le mécanisme de celle-ci et vous n’aurez plus qu’à le rejeter le plus loin possible de la maison. Le piège doté de ressorts : il s’agit particulièrement du piège à ressorts. En bois ou alors en fer, ce petit dispositif se place à l’ouverture du trou de la souris. Le dispositif s’enclenche au passage de cette dernière. Le piège à ressorts est tout aussi peu coûteux et facile d’accès que la cage. Le recours aux produits chimiques Les produits chimiques suivants peuvent être utilisés : La colle : pour son utilisation, il faut imbiber une plaque de ce produit, y ajouter un appât et la disposer sur une zone de passage de la souris. Au passage du rongeur, ce dernier va coller sur la plaque. Ce dispositif convient parfaitement aux maisons. Le poison : en général, ce sont des aliments empoisonnés qui sont vendus dans les magasins spécialisés. D’autres fois, ce sont des produits dangereux à mélanger à des aliments qui vont être disposés sur l’itinéraire des rongeurs. Dans la plupart des cas, les rongeurs décéderont dans des zones retirées et il faudra alors les retrouver pour éviter pourriture et dégagement d’odeurs nauséabondes. La majorité de ces pièges doivent être installés loin de la portée des enfants en bas âge pour éviter les incidents graves. Leur manipulation aussi doit être réalisée avec prudence et le cas échéant, il vaudra mieux faire appel à un exterminateur professionnel, comme Groupe Cameron au Québec et autres, qui dispose de tout le matériel...

Lire plus